Bienvenue à notre petit dernier, Australiandream !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Por el mar corren las liebres... [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité
Invité


MessageSujet: Por el mar corren las liebres... [ Libre ]   Dim 30 Juin 2013, 18:35


    Ahora que estamos reunidos,
    ahora que estamos reunidos,
    vamos a contar mentiras , tralara,
    vamos a contar mentiras , tralara ,
    vamos a contar mentiras.
    Por el mar corren las liebres ,
    por el mar corren las liebres ,
    por el monte las sardinas , tralara ,
    por el monte las sardinas , tralara ,
    por el monte las sardinas.

    Il y avait dans sa tête comme une tempête, une foule de chuchotis et un torrent de cris qui tourbillonnaient dans un fantastique tumulte, une énorme cacophonie.
    Et ca lui faisait un mal de chien.
    Alors, et comme à chaque fois qu'il avait si mal, Wendigo courrait.


    L'herbe se couchait sous ses pattes, le martèlement de ses pattes sur le sol semblait battre la cadence, et l'orchestre suivait, dans son crâne.
    Tu cours bien vite, Wendigo...
    Où vas-tu comme ça, Wendigooo ?
    Fuirais-tu quelque chose, Wendigoooooo ?

    Un gémissement, presque une supplique, monta dans sa gorge comme un sanglot mais se perdit entre ses crocs avant d'avoir pu atteindre l'air libre. Wendigo - Bonetail, c'était tout comme, mais ce nom, Bonetail, à présent, il peinait à s'en souvenir, surtout dans des moments comme celui-là - papillonna des yeux, serrant les dents, luttant à grand mal contre ce besoin pressant qu'il avait d'ouvrir la gueule, de tirer la langue, de haleter, comme un dératé. Wendigo avait chaud. Il mourrrrrrait de chaud. Il creeevaaaiiiiiit de...
    Froid ?
    Chaud ?
    Tu as chaud, Wendigo ?
    ATTENTION, WENDIGO !

    Le sol sembla céder sous son poids et un jappement de surprise s'échappa de sa gueule. Wendigo était sur une souche morte et la souche morte pourrissait. Enfin, avait pourri. Maintenant, elle s'effondrait sous lui.
    Fier de ses réflexes de névrosé chronique, il n'attendit pas de s'échouer au sol voire de se retrouver coincé et donna une formidable impulsion pour bondir plus loin. Sa patte à demi happée par le bois s'arracha à l'écorce - il eut mal, un peu, mais cela ne put en rien égaler cette atroce souffrance qui lui martelait le crâne -, et il rebondit un peu plus loin, avec une certaine souplesse, sans jamais s'arrêter. Wendigo zigzaguait entre les arbres, semblait survoler les buissons. Il s'aérait les idées. Ou plutôt, évacuait comme il le pouvait son malêtre par l'exercice physique. Ce faisant, il espérait finir par tomber inerte, au sol, sous le coup de l'épuisement, et s'endormir d'un coup, sombrer dans un sommeil profond, pour que les voix se taisent, qu'elles se taisent enfin, un peu, ne serait-ce qu'une minute, pour qu'elles le laissent en paix.
    Mais il avait encore trop d'énergie. Il lui fallait courir plus. Oh, oui. Courir, toujours plus.

    ATTRAPE, WENDIGO !!
    Un éclair fauve lui passa sous le nez, manquant de le faire trébucher. Pilant d'un coup, il eut le temps de tourner la tête pour voir ce qui était de toute évidence un lièvre totalement paniqué disparaître entre deux taillis. Sans trop savoir quelle mouche le piquait - il avait fini par arrêter de prêter attention à ce genre de détail, à force -, il lui emboîta le pas et redémarra en trombe. Soudainement, Wendigo se dit qu'il avait très faim.
    Quoi de plus normal pour lui, pathétique, risible Omega.
    Le lièvre sembla comprendre qu'il était désormais traqué et accéléra l'allure. Wendigo en fit de même, tiquant par moments, étouffant des grognements de rage, sentant l'adrénaline qui montait, n'entendant plus grand chose, si ce n'est le tintamarre, là, à l'intérieur de lui.
    Le lièvre tourna à droite. Wendigo tourna aussi.
    Il passa sous une vieille racine de chêne. Wendigo bondit par dessus.
    Il esquiva de peu un tas de pierre, bifurquant au dernier moment. Wendigo eut pour une fois la présence d'esprit d'anticiper l'action et pivota avant. Ses mâchoires claquèrent à côté de l'oreille de la proie sans parvenir à faire autre chose que l'effleurer. Il crut entendre son estomac hurler de rage lorsque l'odeur de viande s'engouffra dans ses narines, et cela le ragaillardit.
    Non.
    En fait, cela le déstabilisa.
    Raté, Wendigo !!!
    Tout à coup, l'animal disparut sur sa droite, sa course prenant la forme d'un parfait angle droit. Totalement pris de court, le grand loup réagit trop tard, tenta de tourner, mais dans son élan, ne parvint qu'à s'emmêler les pattes, chuter brutalement, mordre le lichen, et rouler lamentablement. L'Omega finit sa course en allant heurter un vieil arbre qui se dressait deux mètres plus loin. Le heurt lui coupa le souffle et il se demanda l'espace de quelques instants si l'une de ses côtes n'avait pas eu la bonne idée de se briser.
    Brisée ? Mais non, Wendigo !
    Raté, Wendigo !
    Wendiiiigooooooo...


    Cette fois-ci, le gémissement retentit bien dans la chaleur printanière, et Wendigo ramena ses pattes contre lui, avant de se cacher le museau avec ses antérieurs, recroquevillé sur lui-même, comme si cela avait pu le cacher aux yeux de ses démons internes.
    On aurait cru que quelqu'un jouait du tambour dans sa tête.
    Depuis des heures.
    Gardant les yeux résolument clos, à un tel point que ça lui en faisait mal, Wendigo resta donc là. A reprendre comme il le pouvait son souffle.
    Et à espérer que ça passe.
    Tout en sachant que, justement, ça ne passerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Darky
Oiseau

• Messages : 2254
• Age : 20
• PUF : Darky
• Meute : Solitaire ; Clan du Loup ;
• Rang : Zombie ; Boiteux ;

Caractéristiques du perso
• Amour:
• Relations:
• Autres comptes:

MessageSujet: Re: Por el mar corren las liebres... [ Libre ]   Mar 02 Juil 2013, 00:02

    (Uh, je peux m'incruster avec Lorien ? C:
    Par contre, ma réponse prendra un peu plus de temps, j'élabore une manière de RP un peu spéciale avec Lorien.)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkness-the-wolf-60.deviantART.com


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Por el mar corren las liebres... [ Libre ]   Mar 02 Juil 2013, 07:37

    [ No souci ! Vas-y =) ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Darky
Oiseau

• Messages : 2254
• Age : 20
• PUF : Darky
• Meute : Solitaire ; Clan du Loup ;
• Rang : Zombie ; Boiteux ;

Caractéristiques du perso
• Amour:
• Relations:
• Autres comptes:

MessageSujet: Re: Por el mar corren las liebres... [ Libre ]   Mar 02 Juil 2013, 20:26

    (Bon, j'ai beaucoup expérimenté ici, du coup ça donne des trucs... Bizarres xD. Ca m'a permit de travailler un peu les fonds de forêt mais pas de m'améliorer. C'était sensé être des sketchs, mais sketcher des arbres j'trouvais ça trop compliqué D: )

    Lorien - Environ 3 mois - Printemps de l'An 6.
    Couleur de RP: #231739



Encore une nouvelle journée pour explorer le monde.
Enfin, pas pour Lorien. Il était d'une nature très peu curieuse. C'était l'envie de se retrouver seul qui le poussait à arpenter la forêt. Il avait échappé à sa mère en prétextant vouloir rejoindre son père à la chasse. Il devait être plus loin, Lorien serait tranquille pour une bonne poignée d'heures. De toute façon, il allait se faire tomber dessus parce qu'il ne sera pas rentré avant le couvre-feu. Tant qu'Icepaws était rassurée et ne paniquait pas comme d'habitude, ça lui allait. Il n'avait vraiment pas envie de se trimballer Siemy et Lex aujourd'hui. Son frère et sa soeur étaient deux pots de colles beaucoup trop affectueux. Ca l'oppressait, ça l'étouffait. Alors aujourd'hui, il allait en profiter. Il serait très certainement privé de s'éloigner de la tanière, de toute façon il se hissait la plus part du temps sur un rocher derrière cette dernière et ne bougeait pas de la journée.

Papa et maman m'interdisent d'aller seul dans le sous bois...

Il progressait en silence -enfin, en silence, il faisait un bruit monstrueux à cause de ses pattes qui faisaient craquer les brindilles au sol, mais il ne parlait simplement pas- dans le sous-bois. Les oiseaux chantaient et semblaient faire bouger quelques branches d'arbres. Peut-être avaient-ils compris que Lorien était trop jeune pour leur faire du mal ? De toute façon, chasser n'avait pas l'air amusant. Franchement, quel intérêt à ça ? Chasser quelque chose d'inanimé ! C'est absurde.
Il y avait un peu de vent. Ca n'était pas déplaisant. Icepaws avait refait la coiffure de Lorien ce matin -on voyait clairement qu'elle n'était pas expérimentée en coiffage, elle lui tirait les mèches dans tout les sens et lui faisait un mal de chien, mais au moins la queue avait un tant soi peu d'allure-, Lorien eut un petit sourire en sentant le vent sur son visage, mais surtout en ne sentant pas une mèche de cheveux chiante lui chatouiller les paupières.

... Mais je ne les écoutes pas.

A l'aise, Lorien avançait, s'enfonçant de plus en plus dans l'ombre du sous-bois. Ca lui plaisait clairement. Il aimait ce sentiment de liberté. Il n'était encore qu'un louveteau, le danger était quelque chose qu'il ne connaissait pas vraiment, il n'avait d'ailleurs jamais été encore confronté à la mort, sauf à travers les proies que son père rapportait à la tanière, mais ça ce n'était pas pareil. C'était froid, c'était pour se nourrir. Lorien n'avait pas encore fait le lien entre les oiseaux qui volaient au dessus de sa tête et ceux qui terminaient dans son estomac. Ces derniers étaient inanimés, après tout. Il n'avait pourtant jamais croisé d'être inanimés dans la forêt.

Alors ils me disent de toujours être prudent, à l'affut...

Un bruit proche grimpa aux oreilles de Lorien. Ses oreilles tiquèrent pas réflexes, il les redressa, étonné qu'un oiseau face un tel bruit.
Était-ce vraiment un oiseau ? On aurait plus tôt dit un gémissement. Une plainte. Ou un truc dans le genre. Comme les bruits aigus que faisait Siemy quand il la repoussait au bout de la dixième tentative de stalking.
Et pour une fois, Lorien fit preuve de curiosité. Il releva mollement la tête, et fronça un sourcil. Qu'est ce que ça pouvait bien être ?

... Et de fuir le danger.

Ses yeux bicolores balayèrent le sous-bois. Finalement, il se décida à rentrer dans un buisson pour voir ce qui se trouvait de l'autre côté. C'était peut-être ça, le danger ?
Icepaws et Wagtail n'avaient jamais expliqué à leurs enfants ce qu'était le danger. Comment pouvait-il savoir ce que c'était ? Tout pouvait être du danger. Que devait-il fuir, au juste ? Le danger, c'était peut-être le sous-bois ? Bien sûr que non, sinon on appellerait pas ça le sous-bois. Tout ce qu'il savait, c'était que grimper en hauteur et s'en jeter, c'était dangereux. Ça, Icepaws lui répétait tout le temps. Il devrait lui demander ce qu'était au juste le danger. Parce que si le soucis était la hauteur, il n'y avait pas grand danger dans le sous-bois.

Lorien sortit du buisson en trébuchant, la tête la première. Il était encore maladroit, tomber c'était normal. Il s'étala, les fesses en l'air, le museau contre le sol, les pattes avant vers l'arrière. Il geignit en se relevant, encore bien instable, manquant de tomber de nouveau. Il regarda tout autour de lui avant de détecter une masse sablée. Il s'en approcha en trottinant, encore un peu instable. Il faisait toujours autant craquer les brindilles sur son passage, mais il ne sembla même pas remarquer le bruit qu'il faisait. Arrivé au niveau de la masse, il reconnu alors la forme d'un loup. Paisiblement, il posa son arrière-train contre le sol et pencha la tête sur le côté.
- ... 'Est toi qui 'sante comme les 'oisseaux ? Demanda-t-il tout naturellement.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkness-the-wolf-60.deviantART.com


Invité
Invité


MessageSujet: Re: Por el mar corren las liebres... [ Libre ]   Jeu 04 Juil 2013, 19:49


    [ Je viens de comprendre pourquoi ca te prenait du temps... xD ]

    Allons, pourquoi pleures-tu, Wendigo ?
    Tu es bien faible, Wendigo.
    Tellement faible, Wendigo...


    - La... ferme... ?

    Wendigo agonisait lamentablement au sol mais ce n'était à proprement parler pas une véritable agonie : là était tout le problème. Pourtant, il l'aurait bien voulu, parfois.

    Wendigo était pourtant bien parti pour croquer la vie à pleines dents, quand il était enfant. Certes, son allure un peu grotesque et ses ' quelques soucis pour socialiser correctement avec les enfants de son âge ' ne lui avaient pas véritablement permis d'avoir une enfance totalement épanouie : les gamins les plus cons aimaient se moquer de lui et il avait du mal à entretenir de véritables conversations avec eux vu qu'il y avait eu, très tôt, un énorme écart de maturité entre les autres louveteaux et lui. Mais soit, ce n'était pas cela qui l'avait empêché de savourer son existence. Il avait des parents - faux, certes, il l'avait deviné très tôt, mais ce n'était pas un souci pour lui - aimants et une vie tout à fait correcte. Cela lui suffisait largement.
    Mais il y avait eu des complications. Et tout de suite, la machine s'était emballée.
    Et puis maintenant, on en était là.

    Il était Omega, malade comme un chien - façon de parler -, il avait des voix dans sa tête qui refusaient de lui laisser le moindre temps de répit et il gisait par terre dans l'attente de... de quoi, exactement ? Il n'en avait pas... la... moindre... idée !!

    - ... 'Est toi qui 'sante comme les 'oisseaux ?

    Ah tiens, celle-là, de voix, il ne la connaissait pas...
    Ca veut dire que ce n'est pas l'une d'entre nous, Wendigo...


    Wendigo entrouvrit un oeil, puis le deuxième. Il ôta ses pattes de sur son museau et huma l'air avec attention. Force fut de constater que quelque chose était là, et n'était pas là plus tôt. Quelqu'un. De jeune. Un mâle. Et l'odeur caractéristique de la meute Inaria flottait dans son sillage. Les oreilles pointées en avant, Wendigo se redressa, pour regarder alentours. Il n'eut pas à chercher bien loin : il y avait un louveteau juste devant lui. Un louveteau. Premièrement, c'était gênant, mais il n'était pas à ça près, à force, et puis en plus il était Omega. Deuxièmement... eh bien même si Wendigo aimait normalement bien les petits, ces derniers n'avaient, eux, pas l'air de beaucoup l'apprécier, et étaient pour lui synonyme de mauvais plans. Voire, très très mauvais plans. La preuve était qu'il en était à ce jour réduit à servir de souffre-douleur aux autres. Du coup, il fut tout de suite, très méfiant.
    L'autre avait un pelage sombre, deux yeux bicolores, et une queue de cheval caractéristique. Les yeux plissés, Wendigo démêla le chaos dans lequel baignaient ses idées pour extraire l'information qu'il recherchait.

    " Tu es... Lorien, c'est ça ? "

    A défaut d'être aussi génial qu'auparavant, son cerveau demeurait toujours assez performant. Il rabattit un peu plus ses coudes contre son torse, désormais à demi couché sur le flanc.

    " Et... non, je ne chante pas vraiment ! "

    Ou alors, ses petits désordres mentaux venaient d'accéder à un niveau supérieur, et... oh, mieux valait ne même pas essayer d'y penser.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Darky
Oiseau

• Messages : 2254
• Age : 20
• PUF : Darky
• Meute : Solitaire ; Clan du Loup ;
• Rang : Zombie ; Boiteux ;

Caractéristiques du perso
• Amour:
• Relations:
• Autres comptes:

MessageSujet: Re: Por el mar corren las liebres... [ Libre ]   Dim 14 Juil 2013, 15:18


    (Iiirh désolée du temps ;__; )
    Couleur de RP: #231739




Lorien pencha la tête sur le côté en voyant le loup bouger. Lorsque ce dernier huma l'air, Lorien fit de même pour voir ce qu'il avait détecté, mais il ne sentit rien de particulier. Enfin, l'adulte se dressa de toute sa hauteur. Au fur et à mesure qu'il se relevait, Lorien redressait sa tête pour la lever vers la masse sablée. Il arqua un sourcil en voyant l'autre le fixer, visiblement mal à l'aise.

- Tu es... Lorien, c'est ça ?
Il fit une petite moue.
- Mmmouais ?
Sa queue se mit à battre doucement tandis que sa moue se remplaçait par un fin sourire et que se sourcils se haussèrent tout deux. Lorien se décida de détailler le physique de l'adulte: il était fichtrement grand. Plus grand que son papa ! Mais très fin également, pas aussi fort que son papa. Bah, après tout, on a tous not'corps rien qu'à nous, songea le louveteau. Wagtail était bien la seule figure masculine que Lorien avait sous les yeux, mais un jour, il pourra rencontrer les autres loups et les comparer tous ensemble pour démontrer et justifier ses hypothèses.
-  Et... non, je ne chante pas vraiment ! Poursuivit l'adulte après une légère pause.
Sa queue cessa de battre et il eut l'air un peu déçu. Il haussa pourtant les épaules après un court temps de réflexion.
- 'Est pa'rav. Tu 'santais com'un oisseau pou'tant.

Lorien fixa l'adulte sans rien dire. Il aurait voulu se balader encore un peu tout seul, mais là, c'était un adulte. Peut être qu'il allait le ramener à ses parents ? Oh non ! Pas tout de suite quand même. Il n'avait même pas eut le temps de profiter de la forêt !
- 'U vas pas me ramener à ma maman hein ? Demanda Lorien en sautant sur ses pattes, maladroit, les sourcils haussés vers le haut, les adultes y me ramènent touzours à ma maman. Et ça m'énerve, pas'que j'ai zamais rien droit de faire !
Lorien s'arrêta subitement puis fronça les sourcils en fermant la bouche. Il se rassit et fixa l'adulte. Sa tête se pencha légèrement sur le côté tandis que ses oreilles se dressèrent sur sa tête.
- En fait, c'est quoi ton nom ? Fit-il en détendant son visage, comme s'il avait voulu créer un suspens ou paraître intimidant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.darkness-the-wolf-60.deviantART.com


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Por el mar corren las liebres... [ Libre ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Por el mar corren las liebres... [ Libre ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Blackblood Alliance : Dissension :: Le Berceau de l'Alliance :: Le Gosier :: L'Oubliette des Rps-